dimanche 15 janvier 2017

La matière de l'absence - Patrick Chamoiseau


Elle s'appelait Man Ninotte... Alors que la fratrie (la grappe) est réunie autour de celle que Bazil (la mort) a emportée, Patrick Chamoiseau le frère cadet, se remémore la vie de cette mère exceptionnelle. C'est en s'adressant à sa soeur aînée surnommée la Baronne, que l'auteur martiniquais vagabonde d'un souvenir à l'autre et nous conte l'histoire de sa famille créole. Il revient ainsi sur le quotidien de Man Ninotte, la façon qu'elle avait de faire le ménage, d'arranger un bouquet, de cuisiner, de s'occuper du linge, de faire le marché, de s'occuper de son jardin... autant de petites choses ordinaires qui, sous la plume de l'écrivain, et parce qu'elles racontent la vie antillaise, deviennent un vrai poème ! Mais son récit est également ponctué de pensées philosophiques, d'anecdotes historiques, de références aux origines de l'Homme qu'il appelle "Sapiens", de l'esclavagisme (la cale négrière), de l'histoire des Caraïbes (les Traces) et de références à Edouard Glissant et Aimé Césaire. Ainsi, par petites touches de pensées, souvenirs et réflexions, c'est une véritable toile chamarrée que nous offre l'auteur, le tout, ponctué de haïkus qui viennent scander cette ode à la créolité. Conte, philosophie, biographie, histoire, poésie... tous les genres nous sont offerts dans ce livre qui m'a emportée au-delà de ce qui aurait pu être une simple lecture. Ce fut en effet une lecture essentielle et puissante et, cette Matière de l'absence restera désormais toujours près de moi afin que je puisse m'y ressourcer, m'en inspirer, y lire la beauté, tout simplement.

La matière de l'absence - Patrick Chamoiseau
Seuil -  365 pages

1 commentaire: